Résumé de mes 9 mois

La grossesse est une étape particulière, comme une parenthèse enchantée, dans la vie d’une femme. Du moins c’est ce que je souhaite à toutes, tout en sachant que ce n’est pas toujours tel un long fleuve tranquille. Mais justement c’est pour que tout le monde relativise sur le sujet et fasse confiance à la nature que j’ai décidé d’écrire sur le sujet, en partageant mes recherches et notes sur la dimension naturelle de la maternité au sens large – de la grossesse aux premiers émois de bébé.

# Mois 1

On ne se rend pas vraiment compte qu’il se passe quelque chose, jusqu’à ce que l’on ressente que peut-être il y a une changement en train de s’opérer dans notre petit corps… J’ai attendu patiemment les prochaines règles, premier signe avant coureur de ce qu’il se passe et elles ne sont pas venues tout de suite. Alors j’ai attendu un « vrai » retard » significatif de plus de 6 jours avant de faire un test de grossesse… qui s’est avéré bien positif du premier coup. J’étais quasiment à 5 semaines d’aménorrhée et j’ai alors pris RDV avec ma gynécologue pour avoir confirmation.

Mais avant cela, il fallait préparer une jolie annonce pour le papa…

# Mois 2

Le mois a débuté avec le RDV avec la gynécologue, qui m’a confirmé directement la grossesse via une rapide échographie… Un petit haricot était bien en train de pousser dans mon ventre. Il allait falloir l’arroser d beaucoup d’amour pour que la graine pousse bien ! Elle m’a ensuite prescrit différentes analyses de sang pour faire les vérifications d’usages, notamment sur les immunités Toxoplasmose et Rubéole. Et ouf, j’étais bien immunisée contre tous et mes analyses étaient très bonnes. Notamment au niveau de mon stock de fer, qui allait être bientôt mis à rude épreuve.

# Mois 3

C’est le moment tant attendu de… la première échographie, ou autrement dit, le premier RDV avec bébé en compagnie de papa. Nous étions très serein et excités à la fois de découvrir ce qui se cachait dans mon ventre… Et personnellement j’ai était stupéfaite de la vitesse à la laquelle le bébé se développe. A 6 semaines il s’agissait que d’un « haricot » et à 12 semaines, on voyait déjà tout le mini-corps de bébé que la spécialiste a bien analysé sous toutes les coutures. On a même eu droit à un premier pronostic sur le sexe du futur bébé…

Nous étions fin prêts pour l’annonce officielle auprès de nos familles et proches, quand on a préféré attendre de recevoir les résultats des tests de trisomie d’abord. Finalement le temps passe très vite mais nous arrivions déjà au 4ème mois de grossesse.

Autant précisé ici, que je n’ai eu AUCUN maux de grossesse, rien, queneni ! Et tant mieux.
Oh si, il fallait que je ne loupe pas de repas, disons même que j’étais calé sur l’horloge de mon estomac : 9h – 12 – 16h et 19h pétante ! Sinon une légère sensation de nausée faisait son apparition… que je comblait rapidement en mangeant un petit snack tout en préparant les repas.

> CF. Liste des tâches administratives à ne pas manquer

# Mois 4

Tadam ! Nous avons organiser un bon nombre d’apéro, déjeuner, dîner, conférence Skype (pour la famille étrangère plus éloignée), … pour annoncer enfin la venue prochaine de notre bébé ! La fatigue des premiers mois commençait à s’estomper et je pouvais désormais me coucher plutôt à minuit comme avant qu’à 21h (en ayant parfois même fait une sieste dans l’après-midi).

Comment j’ai fait, me demanderez-vous ? J’ai la chance de travailler en indépendante depuis 2 ans, et j’ai eu la possibilité donc d’aménager mon emploi du temps.

# Mois 5

L’annonce a continué avec l’organisation de week-end dans la famille, qui nous a fait un grand bien… Toujours pas de maux de grossesse et encore moins de ventre. Je continuais à vivre ma vie à un rythme plutôt soutenu. Et je ne me projetais pas vraiment dans cette grossesse puisque tout se passait à merveille et que physiquement, rien ne changeait vraiment. Chanceuse quand j’y réfléchis avec du recul !
J’ai même continué à faire mes activités sportives jusque-là et cela me faisait le plus grand bien. Car il ne faut pas oublier que donner la vie est souvent comparé à un marathon. Et il était pour moi hors de question d’arriver sur la ligne de départ les mains dans les poches ! Un minimum d’entraînement s’imposait alors. Je reviendrais sur ce sujet plus en détail, dans un sujet dédié sur la « préparation à la naissance ».

Les cours de préparation à la naissance ont démarré à la maternité. J’ai alors suivi cette préparation que je nommerais de « classique » tout en suivant une préparation plus « spécifique » par rapport à mon projet de naissance tout « naturel ». Je détaillerai tout ceci dans un sujet dédié.

> CF. Ma préparation classique à la naissance

> CF. Ma préparation spécifique à la naissance

Nous avons également eu notre deuxième RDV avec bébé, lors de l’échographie T2 pour vérifier son bon développement et avoir confirmation sur le sexe.
Nous attendions une fille… qui se présentait parfaitement la tête en bas, prête à faire feu.

# Mois 6

Je crois que c’est à ce moment là qu’un léger bidon est apparu… mais on ne me laissait pas pour autant m’asseoir dans les transports, ou encore moins passer devant aux caisses de supermarché ! J’ai continué à voyager, à bouger, à vivre ma grossesse le plus sereinement possible… Mais 6 mois c’est déjà bien avancé, et oui j’avais besoin de repos et de m’asseoir dans les transports. C’est là que mes premiers coups de gueule sont apparus… envers vous Messieurs surtout ! Vous qui m’avait bien regardé, avaient vu mon ventre s’arrondir, et qui avaient illico baisser votre tête, replongeant dans votre partie minable de Candy Crush ! Bref. Je n’étais pas malade, juste enceinte et heureuse (hormones aidant ?) donc j’ai laissé passer… mais tout de même un peu de civilité dans ce monde de brut !

J’ai aussi connu mes premières douleurs ligamentaires… rien de trop douloureux, mais on se pose toujours la question « est-ce normal » ? Surtout pour moi qui supporte plutôt bien la douleur. Après 3 jours à marcher comme ma grand-mère et à dormir avec cette douleur lancinante, j’ai préféré passer un petit coup de fil aux urgences de ma maternité, qui m’ont conseillé de prendre des médicaments (bien sûr, on est en France, il y a un médoc pour TOUT ! et que donc j’ai refusé de prendre…). Quand 5 jours plus tard les douleurs étaient toujours là, malgré le repos… je suis finalement allé consulté car cela pouvait être aussi tout autre chose. Finalement rien de grave – ce sont bien des douleurs ligamentaires, qui ont disparu dans la foulée, sans jamais vraiment réapparaître.

# Mois 7

Houra le ventre est sorti ! Mais vraiment sorti… Big Bang ! Mon ventre tirait depuis plusieurs jours m’obligeant à m’allonger les jambes en l’air pour soulager la circulation des jambes certes, mais également mon ventre qui se tendait. J’ai aussi appliqué méthodiquement mes crèmes et huiles hydratantes et anti-vergetures (même si aucun résultat n’est prouvé… j’y reviendrai aussi) pour créer un petit rituel de fin de journée – comme un RDV bien-être avec mon bébé. Et ça me faisait un grand bien avant d’aller retrouver Morphée. Des premières contractions sont arrivées… Un utérus tonique m’a-t-on expliqué, qui se prépare au grand chelem du Jour J ! Pardon on est passé du marathon au grand chelem de tennis – j’espère que je ne vous perds pas…

Ah aussi, j’oubliais, mes premiers kilos de grossesse s’affichaient sur la balance. Je devais être à +6kgs à ce moment là. J’ai surveillé mon alimentation mais sans plus, j’ai gardé une activité physique et la prise de poids a été tout à fait naturelle (pas de contrôle…).

J’ai commencé à beaucoup lire, des ouvrages sérieux à d’autres plus léger pour me conforter dans ma vision de la maternité, surtout avec l’angle naturel que je souhaite y apporter. Et j’ai adoré tout ce que j’ai trouvé.

> CF. Consultez ma bibliothèque de grossesse

# Mois 8

Un ventre encore plus rond, je le vois bien sur les polaroids mensuels que je prends… je me sens vraiment enceinte, enfin ! Et je me plaids à m’habiller en vêtement moulant, moi qui d’habitude n’aime pas forcément mes formes. Cette fois-ci c’est exceptionnel… et j’aime bien me promener tout ventre sorti. L’Homme ne faisait que répété « ohlala ça pousse… ».

D’autres contractions étaient bien présentes… un ventre qui tirait pas mal mais je me suis écoutée et j’ai bien ralenti mon rythme de sortie et d’escapades.
Et puis la montée en pression est apparue lorsque j’ai vécu une semaine quasi non-stop de contractions, dites de Braxton-Hicks – contractions physiologiques de faux travail – que j’ai un peu paniqué à l’idée d’accoucher avant terme sans avoir fait ma valise pour la maternité. Je m’y suis donc affairée dans les jours qui ont suivi… J’étais alors fin prête dans les 10j qui ont suivi. C’était une fausse alerte. Mais une alerte qui m’a permise d’intensifier ma préparation.

Au RDV de suivi mensuel à la maternité, j’en ai profité pour soumettre mon projet de naissance afin de discuter des différents points que j’évoquais et d’obtenir davantage d’informations sur le déroulement du fameux Jour J.

Ah oui, à ce moment là de la grossesse, j’ai accumulé pas mal de questions… que je posais, soit pour me rassurer, soit par simple curiosité… et à chaque fois les professionnels se plaisaient à me répondre : « on verra le Jour J ! ».
A ce moment-là de ma grossesse, j’en étais à 10 000 « on verra le Jour J ! » et c’est définitivement la phrase la plus énervante jamais entendue de ma vie !
Mais que se passe-t-il ce Jour J ? Pourquoi tant de mystère(s) ?!
Je suis alors allée chercher du réconfort auprès de mes amies « déjà » mamans, et tenez vous bien – même rengaine à une différence près… elles me disaient : « Aaah, tu verras le Jour J… mais c’est magique ! ».
OK je n’étais pas plus avancée… Je me suis alors mise à attendre cette « magie ».

Dernière échographie qui nous annonce une estimation du poids de Baby Girl et vérifier que tout s’est bien déroulé jusque-là. Je dois avouer que même si j’ai bénéficié d’une grossesse parfaitement sereine, en restant zen… ces RDVs étaient toujours un peu chargés de tension, car on se sait jamais. Et puis j’ai trouvé que dans les dernières semaines, c’est là que l’on a le plus besoin de « voir » son bébé et se savoir ce qu’il se passe pour lui… car on le sent beaucoup et on a envie d’en savoir davantage. Je me suis sentie frustrée après cette dernière échographie de devoir attendre sa « sortie officielle ».

Mais la nature est bien faite, je ne faisais que me répéter – tout va bien, et tout va bien se passer ! J’avais une grande confiance en nous – en bébé et moi-même.

# Mois 9

La dernière ligne droite comme tout le monde l’appelle ! Avant d’apercevoir le drapeau « arrivée ». Je me suis concentrée, j’ai pris de longues respirations grâce à la méditation qui m’a grandement aidé, j’ai relu mes notes de préparation, j’ai revérifié 5 fois ma valise maternité. je savais pourtant que je ne pourrais pas manger dans la salle de naissance mais j’ai quand même ajouté 5 biscuits en plus, des bonbons… et d’autres accessoires.
Et puis j’ai intensifié mes lectures d’ouvrages liés à la grossesse et à la maternité pour être prête pour l’après. Car la grossesse ne s’arrête pas là où bébé arrive… Mais tout commence là où bébé arrive, à la maison !

> CF. Liste de préparatifs pour la valise maternité

# Le Jour J

Tout s’est un peu précipité quand notre Baby Girl a décidé de pointer le bout de son nez avec 7 jours tout pile d’avance sur le terme initialement calculé. Et pour notre plus grand bonheur, car nous avons eu une semaine « bonus » avec elle !

Des questions ? Des remarques ? Je suis prête à échanger avec vous en commentaire…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s