Le post-partum

Beaucoup de sujets peuvent venir se glisser dans le post-partum… qui commence dès le jour J je dirais avec la découverte de son corps directement en post-accouchement. L’effet du post-partum continue d’évoluer durant le séjour à la maternité et sera plus moins présent au retour à la maison. Je dis « plus ou moins » car il restera quelques séquelles, et en plus il est parfois difficile de rester seule face à nos quetions, surtout après avoir été suivie et « infantilisée » aussi parfois durant 9 mois.

Le post-partum c’est quoi ? C’état de choc dans lequel on se retrouve après l’accouchement et la rencontre avec notre bébé. Oui c’est un merveilleux jour, mais vaut mieux se renseigner sur l’après aussi pour mieux l’appréhender et le digérer. Enfin c’est ma philosophie. Mais peut-être suis-je trop dans le contrôle. je vous l’accorde aussi.
Le post-partum, c’est donc le corps qui change, les séquelles de l’accouchement, l’humeur, les hormones, … tout ça.

Pour bien vivre le retour à la maison et surtout se sentir sereine dès les premiers mois avec bébé, il faut se préparer à l’après-naissance durant sa grossesse. Et inclure le post-partum (ou suites de couches) dès le projet de naissance.

>> CF. Mon projet de naissance

Les suites de couche donc sont très rarement abordées, et j’étais la première à ne pas vouloir en savoir de trop… et pourtant j’aurais finalement préféré, maintenant avec du recul. Surtout qu’on a aucune idée de comment le jour U va se dérouler, si ce n’est dans nos rêves les plus fous. Mais cela reste un rêve, et le mien n’a pas eu autant de paillettes que dans mes rêves justement…

Premier RDV post-accouchement : les toilettes

Et là dans ces fameuses toilettes de votre petite chambre de la maternité, vous attendrez sagement, de pouvoir uriner normalement. La première fois, j’ai du attendre 20 minutes la première goutte, puis 15 minutes de plus pour venir à bout de ma pause technique. Et deux jours, pour finir par uriner normalement.
On constate en même temps des pertes de sang, comme des règles, ni plus ni moins mais là encore ça dépend des personnes. J’ai finalement perdu très peu par jour, mais très longtemps. Quand d’autres perdront des litres par jour, pendant 3 semaines max.
En tout, ces pertes peuvent durer de 3 à 6 semaines : le temps pour votre utérus de retrouver sa taille initiale (celle d’une grosse figue).

Par contre, le retour de couche, lui est différent, il s’agit des premières règles après l’accouchement. Leur venue signifie que le cycle reprend un cours normal. Si vous n’allaitez pas, elles surviendront 6 à 8 semaines après votre accouchement ; si vous allaitez, votre retour de couche ne se produira pas avant le sevrage. Dans les deux cas, le retour à un cycle régulier (en temps et quantité) demande un peu de temps.
Pour plus d’information, c’est la prolactine qui détermine le moment du retour de couches – hormone responsable de la lactation et aussi celle qui suspend le cycle des femmes qui allaitent.

Dites ciao aux hormones du bonheur

Les hormones joue un rôle essentiel durant la grossesse, mais pas seulement. Après l’accouchement et durant l’allaitement, elles continuent à nous aider beaucoup !). Parmi ce cocktail spécial maternité, il y a :

  • HCG (hormone chorionique gonadotrophique = hormone de la grossesse) présente d’abord dans le sang puis dans les urines, qui signale que vous êtes enceinte
    L’HCG est la seule hormone à être sécrétée non par l’organisme féminin mais par l’embryon à partir du 7ème jour après sa conception pour disparaître totalement à la naissance du bébé
  • HCG + progestérone bloque également le cycle ovarien pour permettre à l’œuf de pouvoir s’implanter dans la paroi de l’utérus, sans craindre qu’un 2ème ovule n’arrive à maturité et qu’une autre grossesse ne démarre.
  • Lorsqu’il y a fécondation, les œstrogènes sont sécrétés – par l’ovaire – en plus grande quantité : 20 fois plus en début de grossesse et 300 fois plus à la fin. C’est alors que les seins peuvent devenir plus volumineux. Bon queneni de mon côté, j’ai rangé mon maillot de bain à la Pamela Anderson !
    A noter, que vers le 10ème jour après la fécondation, l’ovaire ne produit plus d’œstrogènes et c’est le placenta qui prend le relais. Ces hormones aident à préparer l’utérus à accueillir l’embryon puis le fœtus, en assouplissant les ligaments et les tendons qui le sous-tendent.
    Quelques désavantages apportés par ces oestrogènes : elles sont responsables de la pigmentation de la peau: comme la ligne brune qui peut apparaître du pubis au nombril et parfois aussi le masque de grossesse sur le visage lorsque l’on s’expose au soleil sans protection SPF50. Elles peuvent aussi générer une rétention d’eau (jambes qui gonflent, apparition d’œdèmes, …) car le retour veineux se fait moins bien. Et une plus grande sensibilité aux odeurs peut aussi venir d’elles
  • HLP (hormone placentaire lactogénique) qui apparaît dans le corps peu après la diminution du taux d’HCG (vers 10 semaines de grossesse environ). Sécrétée par le placenta, elle permet notamment à la poitrine de se préparer à la lactation et favorise le développement du fœtus. Le taux d’HPL dans l’organisme constitue un baromètre fiable du bon déroulement de la grossesse ou, au contraire, d’une éventuelle souffrance fœtale
  • Ocytocine : au moment de l’accouchement, le taux de progestérone chute et l’ocytocine (produite par l’hypophyse) entre en scène et favorise les contractions de l’utérus – top départ de la mise au monde de bébé. C’est aussi une dose d’ocytocine qui sera injecté avec l’accouchement, pour (accélérer) la délivrance du placenta
  • Prolactine – hormone de l’allaitement aussi produite par l’hypophyse (petite glande située à la base du cerveau) produite dès l’accouchement pour permettre  d’allaiter et en continu lorsque le bébé tête pour faire durer la production de lait.
    La prolactine empêche également le retour des règles, sans pour autant être contraceptive

… et coucou nouveau corps !

Votre n’aura jamais autant changé en si peu de temps. Il faut 9 mois pour faire un bébé et autant pour le défaire de son corps. 18 mois donc pendant lesquels chaqué réveil et regard dans le miroir sera source de questions et de sourire ou tristesse.
Mais il faut garder en tête que le plus beaux sera/est dans vos bras : votre bébé.
Les 9 mois de grossesse n’ont pas été très dur à regarder, et c’était plutôt drôle d’observer mon ventre s’arrondir, puisque je n’ai pris que 8kgs de ventre.

Par contre, l’accouchement m’a laissé un ventre vide, et j’ai mis un peu de temps à oublier cette sensation… bien 15 jours je dirais. Puis après c’est la sensation « peau qui flotte » qui prend la place. Le fait de passer un peu de temps dans la salle de bain, à passer mes crèmes et faire mes soins m’a aidé à me retrouver dans ce corps.
Je ne suis pas à plaindre, puisqu’en sortant de la maternité, j’avais déjà perdu tous mes kilos, voir même plus. Mais c’est aussi cela qui perturbe, j’étais devenue plus sèche qu’avant… l’allaitement m’ayant volé quelques kilos au passage sans avoir prévenu.
Dans tous les cas, il faut s’attendre à repartir avec plus ou moins de kilos, et une peau du ventre à apprivoiser. Et garder beaucoup de bienveillance à son égard. Le temps aura raison, et redonner de belles formes à votre corps, c’est ce que je continue à me dire chaque matin.

Baby Blues, or not !

Même si certaines angoissent rien qu’en prononçant ce vilain mot « baby blues » à en faire une obstination (copine M. si tu me lis, je te dédicace ce paragraphe) je pense que tout le monde n’est pas égal devant ces variations d’hormones et ce changement de vie.
Là encore, je ne suis pas forcément le bon exemple puisque je n’ai pas connu cet état… Je pense que c’est très personnel et aussi dépendant de la façon dont on vit sa grossesse et prépare sa vie avec bébé. Dans les deux cas j’étais à 100% sereine donc je n’ai fait que profiter, avec les hauts et les bas. Cette variation étant due à la chute des hormones vers la fin du premier mois post-partum et la fatigue qui s’accumule, et encore.
D’ailleurs en parlant de cette chute d’hormones, je l’ai plus vécu comme « oops ça y’est je suis seule à devoir gérer… elles sont parties ». Ca fait bizarre de ressentir ça et puis hop on puise de la force ailleurs et tout se passe bien. Faire équipe avec papa aide beaucoup. Manger du chocolat aussi peut-être 🙂

Anticiper la future chute de cheveux

Je mets ce sujet en dernier, car de mon côté, étant donné que j’allaite, cet effet du post-partum arrivera après tout le reste… et tant mieux, ça me laisse encore un peu de temps pour l’anticiper, tant je le redoute.
Il est facile de lire qu’il faut bien manger – des aliments qui contiennent du fer et de faire le plein de vitamines avec des fruits et des légumes , … blabla. Mais en vrai, on a pas le temps de cuisiner, et encore moins d’aller au marché s’approvisionner. Enfin si je le fais, mais pas assez régulièrement pour que cela soit très efficace enfin je pense. ET puis je crqaue sur des pizzas et des burgers certains soins de flemme, et je grignotte des biscuits sucrés au lieux d’amandes les aprem de fingales à cause de l’allaitement, très consommateur d’énergie. Alors je me suis rabattue sur les vitamines : toujours les mêmes – D + C + Magnésium + Spiruline dont je parle dans mon article sur la préparation à la grossesse.
Quelques conseils en vrac :
– Si vous n’allaitez pas/plus, il est possible de prendre des gélules de levure de bière et d’orties connues pour stimuler la circulation du cuir chevelu et améliorer la santé des cheveux
– Associer à des gellules d’huile d’onagre qui aide à lutter contre les changements hormonaux
– Utiliser un shampoing au lait d’anesse
– Masser son cuir chevelu chaque jour, dans le but stimuler la circulation, et réaliser des masques à base d’huile de ricin ou d’avocat associée à des huiles essentielles (cède d’Atlas, ylang-ylang, Bay de Saint-Thomas…)

S’entourer et échanger avec d’autres (futures) mamans

Dès le retour à la maison, les premières semaines passeront vite et seront 100% cocooning… mais pour autant vous pourrez vous sentir un peu perdue : plus enceinte mais plus tout à fait seule. De mon côté, les questions étaient exclusivement centrées sur l’allaitement et le comportement de bébé en relation et j’ai été ravie de pouvoir échanger sur ce sujet passionnant avec d’autres amies dans mon cas au même moment – c’est important – pour se soutenir et s’encourager.

Et si vous n’avez personne dans votre entourage, j’ai entendu parlé de l’application mobile YOOMUM qui met en relation des mères dans leurs quartiers.

Organiser maintenant son post-partum pour mieux le vivre

Ma maternité était équipé de ce type de suivi, et je le recommande à toutes – bénéficier d’un suivi post-natal à domicile par une sage-femme en libéral pour venir voir comment vous allez et surveiller le bon développement de bébé. ET c’est bratuit alors autant ne pas s’en prover – la Sécurité Sociale prend en charge à 100% jusqu’au 12ème jour après la naissance (renseignez-vous au sujet du PRADO).
De mon côté, acant chaque visite, je préparais ma liste de question pour moi, et pour bébé, de manière à ne rien oublier. Car les hormones ont joué un drôle de jeu avec ma mémoire, durant toute ma grossesse et l’après aussi. Ca va mieux maintenant 🙂

Mieux vaut vous concentrer sur vous (vous et votre homme) et votre bébé, plutôt que d’écouter les conseils (souvent obsolètes) de votre entourage surtout familial une fois que bébé sera là. Pour cela que je recommande (plusieurs fois ici) de bien se préparer, s’informer avant pour se faire confiance ensuite.
J’ai vraiment profité de ma grossesse pour me documenter, lire, poser des questions à mes copines déjà mamans, sur l’allaitement, sur comment prendre soin de bébé, sur tout ce qui me passait par la tête. Et je posais la même question à plusieurs personnes, en recoupant avec ce que je pensais pour en faire un condensé efficace 😉

La charge mentale, ça vous dit quelque chose ? En devenant maman, la liste des tâches quotidiennes peut devenir longue comme le bras, sans que le temps pour les faire, lui ne s’allonge. Il faut alors savoir rester bienveillante et se dire que la maison sera en bazard quelques semaines, mois, … sans que la terre ne s’arrête de tourner.
Je me suis clairement mis la barre très haute au départ en pensant pouvoir tout gérer comme avant : cuisiner des bons plats (notamment pour mon allaitement), m’occuper de bébé, faire le ménage, prendre soin de moi, passer du temps avec mon homme, me balader, voir mes amis, faire des courses, … pour finalement n’arriver qu’à… m’occuper de bébé (et faire SES lessives). Une seule tâche donc de ma liste, et pourtant elle seule arrivait à me rendre exténuée en fin de journée.
J’ai alors vite compris, qu’il fallait s’occuper de bébé et être à 100% disponible pour… en oubliant le reste. Aujoud’hui, bébé a 3 mois et je commence à y voir plus clair, le rytgme s’installe et tout s’éclaircit.

(re)Prendre des forces pour les mois à venir !

Les premiers mois avec bébé seront intenses et autant le savoir pour attaquer le sujet frontalement et bien le vivre.

> CF. Mes 3 premiers avec bébé

Qui dit « force » dit « vitamines » ! Alors comme pour se préparer à la grossesse, on ne change pas une équipe qui gagne :
– Vitamine C (je recommande la marque GMO Free vitamins) : permet de mieux récupérer de l’accouchement, rebooster son système immunitaire et si on allaite, de booster également bébé et de l’aider à mieux supporter les étapes de vaccination
– Vitamine D (je recommande la marque Healthy Origins) : en post-partum ou pas, la vitamine D fait parti de mon cocktail matinal « all year long » alors pourquoi changer ?
– Spiruline (je recommande les marques Vegalia, Sol Semilla et Akal Food) : la fin de la grossesse + les suites de couche attaquent sérieusement le stock de fer, il faut alors le préserver, voir le renforcer à coup de comprimés chaque matin
NB : la spiruline est d’autant mieux assimilée qu’elle est prise avec de la vitamine C (citée plus haut, ou en version fruits : kiwi notamment)
– Un cocktail Spiral Flow détonnant telle une potion magique vitalité pour booster l’allaitement et reprendre des forces : je l’ai trouvé en faisant un tour au salon Marjolaine qui a eu lieu tout début novembre à Paris alors que je croisais le stand de la marque « made in Normandie » Akal Food
– Magnésium : surtout pour les bébés d’hiver pour aider le système immunitaire
– Et pas mal de goji, amandes, mulberries, coco, … tout ce qui est bon pour les petits encas sains lors de l’allaitement notamment

> CF. Mon expérience de l’allaitement et petits conseils

Pour finir sur une note légère, voici ce que j’ai constaté de drôle en post-partum

  • Je n’ai plus eu de pilosité aux aisselles les 3 premiers mois post-accouchement (mais oui aux jambes et maillot)
  • La deshydratation pouvait se lire sur mon visage, je buvais beaucoup d’eau et ma peau redevenait douce
  • Des cheveux qui ne graissent pas, tant mieux, j’ai plus le temps de les laver
  • Des ongles plus jamais cassants et surtout bien durs
  • Plus trop de mémoire d’un jour à l’autre
  • Tout le temps très faim (lié à l’allaitement) alors qu’enceinte je n’avais jamais faim
  • J’ai perdu beaucoup plus de poids que mes kilos de grossesse, et je demandais à ma sage-femme à domicile « quand est-ce que j’allais regrossir ? », ce qui la faisait beaucoup rire !

D’autres sujets vous ont préoccupés en post-partum (ou fait sourire) ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s